14es Rencontres Nationales Inter-associatives de la FRAAP 
19, 20 et 21 mai 2016 - Limoges
En partenariat avec LAC&S / Lavitrine


QUEL ÉCOSYSTÈME DE L’ART DANS LES NOUVELLES RÉGIONS ? 
  • Jeudi 19 mai, dans le Limousin
    1. Visite de structures dédiées à l'art contemporain en Limousin, en partenariat avec le réseau territorial d’art contemporain Cinq.25 
    14.00 rendez-vous gare de Limoges 
    14.00 – 19.00 
    Ces rencontres avec les équipes en place seront l’occasion de mesurer le maillage territorial du Limousin, comme les relations entre structures publiques et associatives notamment par le biais du réseau Cinq.25 
    * Parcours 1
    Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart - exposition de Raoul Hausmann et du nouvel accrochage du fonds contemporain - et du CDLA (Centre des livres d’artistes), rencontre avec Didier Mathieu, directeur du Centre 
    * Parcours 2
    Centre international d’art et du paysage île de Vassivière - exposition de Lydia Gifford et du Bois de Sculptures -, rencontre avec Marianne Lanavère, directrice du CIAP, Présidente du réseau Cinq.25 et rencontres avec les associations Treignac Projet et Quartier rouge 
    2. La charte de la coordination des lieux intermédiaires et indépendants. Nous, associations et collectifs membres de la FRAAP, nous reconnaissons-nous dans l'énoncé des contenus de cette charte et souhaitonsnous partager ses engagements ? 
    Durant le trajet en bus, nous proposons de débattre ensemble de la charte de la coordination des lieux intermédiaires et indépendants. 
    La FRAAP et une partie de ses membres se sont fortement impliquées dans la conception et la réalisation de cette charte. À l’heure d’un double mouvement de labellisation et de fragilisation des structures d’art contemporain, quelles places occupent et souhaitent s’approprier les associations membres de la FRAAP ? Quelles positions adoptent-elles par rapport aux engagements et valeurs de cette charte ?
    INFORMATIONS ET RÉSERVATIONS
    coordination.5.25@gmail.com
    05 87 21 30 54 / 06 58 22 90 06

    www.cinqvingtcinq.org

    TARIFS

    Plein tarif : 10 €
    5 € étudiants et demandeurs d’emplois
    Gratuit : membres de la FRAAP
  • Vendredi 20 mai : Ecole Nationale Supérieure d'Art, Limoges
    3. Le paysage artistique du territoire Limousin, exemple d’une identité remarquée dans un nouvel agencement régional
    10.00 - 13.00

    Les Rencontres de la FRAAP se donnent comme objectifs pluriels de permettre chaque année la compréhension d’un territoire artistique particulier, de considérer les réalités nationales et territoriales des politiques publiques à l’aune de ses actualités et enfin de discerner des tendances communes à l’ensemble des associations membres de la FRAAP.
    Cette première plénière portera plus spécifiquement sur l’écosystème des arts contemporains sur le territoire Limousin, mis en frottement avec le paysage picto-charentais et aquitain en associant notamment les associations, acteurs et réseaux locaux et nationaux actifs.
    A la lecture de ces écosystèmes à l’aune de la grande région les SODAVI - Schéma d’orientation et de développement des arts visuels – sont-ils un outil tangible / dispositif opérationnel de définition des politiques publiques des Arts Contemporains ?
    Pause déjeuner 13.00 – 14.00
    4. Visite de l’école Nationale Supérieure d’Art de Limoges
    14.00 - 15.00

    5. Concertations et structurations, une nécessaire reconnaissance de notre secteur d’activités 15.00 – 16.00
    Depuis plusieurs années se pose la question de la création d'un Conseil national des professions des arts visuels. Qu'en est-il à ce jour ?
    Depuis plusieurs années, nous pointons un défaut structurel de concertation et de régulation au sein du champ spécifique des arts visuels, faute d'instance nationale ad hoc (comme le CNPS pour le spectacle vivant). L'ensemble des acteurs du secteur a instamment demandé que soit mis en place un Conseil national des professions des arts visuels. Cette demande a été entendue mais il s’agit maintenant que les actes suivent les engagements.
    6. Des politiques publiques à l'aune des Droits culturels (Loi NOTRe)
    16.00 – 18.00

    6.1 Les droits culturels, un nécessaire dépassement /déplacement de l’action culturelle ?
    La France a ratifié la notion de Droits Culturels dans de nombreux accords internationaux (1948 Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, 2001 Déclaration Universelle de l'UNESCO sur la diversité culturelle, 2005 Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions cultuelles). La déclaration de Fribourg en 2007 approfondit la notion par une définition de la Culture qui replace la personne au centre et remet en perspective l'enjeu de la diversité culturelle avec celui de la dignité humaine, finalité ultime des Droits de l'Homme.
    La France confirme la reconnaissance de ces droits dans la loi Nouvelle organisation territoriale de la République (loi NOTRe).
    Quelles inflexions sur la définition et la mise en œuvre des politiques publiques de la Culture ? Les associations et collectifs d'artistes dans leur grande diversité sont-ils d’ores et déjà les « œuvriers » des Droits Culturels ?
    6.2 Des éléments de réponse avec les lieux intermédiaires et indépendants ?
    Ces espaces sont repérés comme lieux essentiels de la diversité culturelle, de la coopération et du partage des savoirs, de l’art et de la culture. Ils font référence tant dans le cadre des Assises de la Jeune Création que dans la loi Liberté-de-Création-Architecture-Patrimoine ou la loi de finance 2016. Une Coordination Nationale co-pilotée par la FRAAP s'est constituée en décembre 2014 autour d'une charte, des coordinations régionales sont en cours de constitution. Quelles perspectives ?
    6.3 Des espaces de concertation toujours plus nécessaires
    Les Conférences Territoriales de l'Action Publique Culture (loi NOTRE), avec quelles ressources et quelles ouvertures ? Aux acteurs, aux réseaux régionaux sectoriels et transsectoriels, nationaux et au-delà ?
  • Vendredi 20, Conseil Régional d’Aquitaine Limousin Poitou-Charentes
    Assemblée Générale du CAAP (Comité des Artistes Auteurs Plasticiens), réservée aux adhérents du CAAP
    18.30
  • Vendredi 20, Centre ville de Limoges
    Programme artistique gratuit, en centre-ville de Limoges
    à partir de 18.30

    - Galerie photo L'Oeil écoute, finissage de l’exposition d’Hortense Soichet
    - LAC&S / Lavitrine, finissage de l’exposition de Guillaume Constantin, Julie Legrand et Antoine Nessi
    - FRAC – Arthotèque, exposition de Stephen Marsden
    - Avant première de l’espace « IF », exposition du collectif 748, avec les œuvres de Jean-Baptiste Clave, Fabian Gental, Mathieu Arrieta, Pierre-Charles Jacquemin et Corentin Ferbus
    - Restauration et animation musicale à IF. Participation de 8€ pour le buffet 
  • Samedi 21 mai, Ecole Nationale Supérieure d’Art de Limoges
    Assemblée générale de la FRAAP, réservée aux adhérents de la FRAAP
    10.30 – 13.30

    - Bilan moral
    - Bilan financier
    - Vote des priorités pour l’année 2016-2017
    - Election du conseil d’administration

    Pour faire suite
    Christian Mahieu, sociologue, chercheur CNRS-LEM-Université de Lille, réalisera un témoignage écrit, subjectif et sensible de ces rencontres.
_______________________

Chose commune

Guillaume CONSTANTIN, Julie LEGRAND et Antoine NESSI.
Sur une proposition de Clémence THÉBAULT.


Du 4 mars au 20 mai 2016, l’exposition Chose commune réunit les artistes Guillaume Constantin, Julie Legrand et Antoine Nessi autour des valeurs et préoccupations, empreintes des codes du détournement, du déguisement, de la réinterprétation, assujetties à la sculpture classique.
Ils utilisent dans leurs travaux, l’objet dans sa globalité, outil, matière, process et s’intéressent à la question de la construction, de l’évocation et du dépassement des identités des objets par l’intermédiaire du dispositif.




 
Le titre de l’exposition résonne ici, comme un écho, au contexte des installations mises en place au travers des deux espaces de Lavitrine. La chose commune est ce point de départ qui est l’expérience du dispositif, tels que dans les displays de Guillaume Constantin qui suggère par des collections d’objets des chroniques individuelles.
Il provoque la rencontre d’objets de natures et de provenances diverses qui remettent en jeu des modes de classification et de hiérarchisation reconnus. Il s’empare des objets « laissés de côté » et leurs valeurs originelles afin de proposer par l’élaboration d’un procédé physique, un changement éventuel de statut.
De même, les objets de verre de Julie Legrand se fondent également sur l’expérience du dispositif. Entre douceur et fragilité, ses installations sont façonnées à partir d’un monde d’usage. La compréhension des objets/sculptures de l’artiste se trouve contrariée par des questions de subjectivité, de projections individuelles, de nécessité et de désir renforcés d’artefacts visibles et évidents.
Artefacts présents aussi, dans les micro-espaces d’Antoine Nessi. Sortes de maquettes de lieux d’habitations ou de passages, elles initient une vie invisible. En quête d’espaces, intérieurs et inventés, pour déterritorialiser les identités, Antoine Nessi joue sur les principes de dualité et de répétition. Le visiteur oscille entre scène intérieur lumineuse et silence extérieur.

Les œuvres ainsi exposées à Lavitrine partagent toutes un sens aigu de l’expérimentation, du curieux et du paradoxe. Il en résulte de multiples histoires partagées avec humour, poésie et subtilité. Le regard lucide, critique et profondément humaniste que portent les œuvres sur notre société contemporaine permet la transgression des frontières éthiques et esthétiques.
Retrouvez-nous sur notre page Facebook !  Images intégrées 1