Chose commune

Guillaume CONSTANTIN, Julie LEGRAND et Antoine NESSI.
Sur une proposition de Clémence THÉBAULT.


Du 4 mars au 20 mai 2016, l’exposition Chose commune réunit les artistes Guillaume Constantin, Julie Legrand et Antoine Nessi autour des valeurs et préoccupations, empreintes des codes du détournement, du déguisement, de la réinterprétation, assujetties à la sculpture classique.
Ils utilisent dans leurs travaux, l’objet dans sa globalité, outil, matière, process et s’intéressent à la question de la construction, de l’évocation et du dépassement des identités des objets par l’intermédiaire du dispositif.




 
Le titre de l’exposition résonne ici, comme un écho, au contexte des installations mises en place au travers des deux espaces de Lavitrine. La chose commune est ce point de départ qui est l’expérience du dispositif, tels que dans les displays de Guillaume Constantin qui suggère par des collections d’objets des chroniques individuelles.
Il provoque la rencontre d’objets de natures et de provenances diverses qui remettent en jeu des modes de classification et de hiérarchisation reconnus. Il s’empare des objets « laissés de côté » et leurs valeurs originelles afin de proposer par l’élaboration d’un procédé physique, un changement éventuel de statut.
De même, les objets de verre de Julie Legrand se fondent également sur l’expérience du dispositif. Entre douceur et fragilité, ses installations sont façonnées à partir d’un monde d’usage. La compréhension des objets/sculptures de l’artiste se trouve contrariée par des questions de subjectivité, de projections individuelles, de nécessité et de désir renforcés d’artefacts visibles et évidents.
Artefacts présents aussi, dans les micro-espaces d’Antoine Nessi. Sortes de maquettes de lieux d’habitations ou de passages, elles initient une vie invisible. En quête d’espaces, intérieurs et inventés, pour déterritorialiser les identités, Antoine Nessi joue sur les principes de dualité et de répétition. Le visiteur oscille entre scène intérieur lumineuse et silence extérieur.

Les œuvres ainsi exposées à Lavitrine partagent toutes un sens aigu de l’expérimentation, du curieux et du paradoxe. Il en résulte de multiples histoires partagées avec humour, poésie et subtilité. Le regard lucide, critique et profondément humaniste que portent les œuvres sur notre société contemporaine permet la transgression des frontières éthiques et esthétiques.
Retrouvez-nous sur notre page Facebook !  Images intégrées 1